Vitraux

Verre et lumière

Verre et lumière

Sculpter la lumière

 « …Toute chose que nous voyons, nous devons la voir toujours pour la première fois, parce que en réalité c’est la première fois que nous la voyons. Et alors chaque fleur jaune est une nouvelle fleur jaune, fût-elle ce qu’on appelle la même que la veille. La personne n’est plus la même et la fleur non plus. Le jaune lui-même ne saurait plus être le même. Il est regrettable que les gens n’aient pas exactement les yeux propres à leur enseigner cela, car autrement nous serions tous heureux. »

Alberto Caeiro

Ce regard qu’Alberto Caeiro évoque, nous pouvons l’atteindre à travers un vitrail, car la « lumière », élément fondamental, sans laquelle le vitrail n’existe pas, est en constante transformation. La « lumière » du matin, celle du soir ou d’un ciel d’orage, des saisons, ou même la « lumière » artificielle et tant et tant d’autres qu’à votre tour vous pouvez évoquer.

Pour chacune de ces « lumières » les couleurs répondront différemment, le vitrail ressortira différent mais aussi, et peut-être surtout, son image, sa projection qui va se déplacer sur les murs sur le sol et sur tous les objets du quotidien que pour un moment elle métamorphosera.

Travailler le VERRE mais aussi le PLOMB

Le vitrail c’est assembler deux éléments qui s’opposent :

         L’un, le plomb, malléable, mou, qui s’adapte à toutes les formes que vous voulez, et que vous soumettez à votre volonté.

         L’autre, le verre, dur cassant fragile et plein de tensions, avec lequel il va falloir composer car il n’est pas question de le contraindre sous peine de casse de rupture de brisure, auquel il faut se soumettre.

         Le verre ce matériau magnifique, tour à tour transparent, translucide, opaque, opalescent, dangereux car coupant, tranchant, mais qui peut être chatoyant, irisé, nacré et de plus de couleurs que n’en possède l’Arc en Ciel.

         Le verre ce matériau magique révélé par le feu sur une plage entre sable et coquillages (silice et carbonates) il y a plus de trois mille cinq cents ans.

Yvon Bricout acteur et metteur en scène de théâtre, s’adonne au vitrail et à toutes ces choses qui font la vie délicieuse.

Le vitrail et le théâtre sont pour yvon Bricout, des tentatives pour, à travers voix et couleurs, vibrer à l’unisson des autres corps.

Couleurs vagabondes

 

« Tous les matins du monde »

 

«Gemme »